ENTRE EXPLOSION DES BESOINS EN CLIMATISATION ET ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX…

En se réchauffant, le climat accélère le déploiement de solutions de rafraîchissement des bâtiments ; un véritable cercle vicieux. Le nombre de climatiseurs dans le monde pourrait passer de 1,6 milliard aujourd’hui, à 5,6 milliards en 2050, soit 10 climatiseurs vendus à la seconde pendant 30 ans !

L’Agence internationale de l’énergie (AIE) s’inquiète de l’explosion des besoins en climatisation à l’échelle planétaire. Faute d’amélioration de leurs performances énergétiques, le monde pourrait faire face à un « crack du froid » en 2050…

 

Améliorer l’efficacité énergétique ?

L’efficacité des systèmes de climatisation distribués en Europe ou au Japon sont en moyenne 25 % plus performants que ceux commercialisés en Chine et aux Etats-Unis. Il est essentiel que la performance énergétique des climatiseurs devienne une priorité. Les standards exigés pour la majorité de ces nouveaux groupes ont encore de belles marges de progressions…

Des règlements plus contraignants pourraient conduire à diviser par 2 les futurs besoins électriques de tous les systèmes. D’où l’idée d’imposer des politiques volontaristes de contrôle des performances des machines mises sur le marché et de labellisation des meilleures solutions.

 

Ou améliorer l’isolation des bâtiments ?

En France, la climatisation reste peu développée dans les logements, mais demeure présente partout ailleurs : dans les transports, les bureaux, les voitures, les cinémas…

L’isolation accrue des bâtiments est un axe majeur d’amélioration. Une autre solution consisterait à coupler les climatiseurs à des sources d’énergies renouvelables. Une solution de bon sens mais qui serait plus pertinente dans les régions du sud de l’Hexagone et en Outremer. Les membres de l’association Equilibre des énergies (EdEn) proposent d’installer des pompes à chaleur réversibles qui, au lieu de capter des calories dans l’air extérieur pour les acheminer à l’intérieur comme en hiver, feraient exactement l’inverse en extrayant ces calories de l’habitat pour les rejeter dehors.

 

Les industriels ont encore du pain sur la planche pour rapidement proposer des solutions pérennes et durables, compatibles avec les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat.

 

Source Batiactu – 16/05/18

NOS QUALIFICATIONS

NOS attestations